Production de palmier à l’huile et transformation en huile de palme

Le palmier à huile est un arbre qui se retrouve principalement dans les régions tropicales du globe notamment en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie. Cet arbre dont la renommée traverse les frontières de ces localités a de multiples dérivés et vertus qui lui sont propres. Ainsi, l’exploitation du palmier à huile permet de nourrir des familles et d’avoir plusieurs produits pour l’hygiène. Par ailleurs, les noix de palme sont riches en corps gras végétal et leur transformation permet de produire deux huiles : l’huile de palme et l’huile de palmiste

Quelle est la différence entre l’huile de palme et l’huile de palmiste ?

L’huile de palme et l’huile de palmiste sont deux huiles différentes de par leur fabrication. En effet, le palmier à huile porte des régimes de fruits charnus dont la pulpe (mésocarpe) produit l’huile de palme (communément appelée huile rouge). Celle-ci est utilisée pour les besoins de l’alimentation humaine.
L’huile de palmiste est extraite de l’amande du palmier à huile. Cette huile a de nombreuses propriétés utilisées notamment à des fins cosmétiques.
Par ailleurs, l’huile de palme est obtenue suite à la cuisson des régimes de noix de palme (stérilisation). Cette étape précède l’égrappage qui laisse ensuite place au pressage des fruits et à la décantation. L’huile obtenue est d’une belle couleur rouge et est destinée à l’usage alimentaire (huile de cuisson/friture).
Après extraction de l’huile de palme, les noix sont cassées et les amandes récupérées et séchées. Suite au broyage des noix, on obtient l’huile de palmiste.

Comment est cultivé le palmier à huile ?

La culture du palmier à huile nécessite des graines spéciales. Celles-ci qui sont de type « Tenera » sont en réalité issues d’une amélioration génétique traditionnelle (croisements) continue et rigoureuse. Elles sont élevées respectivement en prépépinière et pépinière. Les jeunes pousses sont ensuite transférées et mises en terre dans un champ. L’entrée en production se fait en moyenne durant une période de 4 à 5 ans après la production et a une durée de vie allant jusqu’à 25ans au moins.
S’agissant de la récolte, elle s’effectue manuellement en moyenne tous les 7 à 10 jours à l’aide d’un ciseau ou d’une faucille selon l’âge et la hauteur des palmiers. Les régimes coupés sont alors envoyés vers l’usine d’extraction pour être transformés en huile. Outre les huiles, le palmier à huile a aussi d’autres dérivés comme le vin, l’alcool de palme « sodabi », produit à partir de la sève. Nous avons trouvé et développé de techniques et méthodes qui nous permettent de rentabiliser au maximum.

Pourquoi s’intéresser à la culture du palmier à huile ?

Le palmier à huile constitue une filière à forte rentabilité économique. Cela est dû à ses nombreuses utilités (des fruits pour les produits consommables aux résidus qui servent d’engrais à la plantation) et constitue également une source d’emploi fiable grâce à sa récolte qui nécessite une forte main d’œuvre.
C’est dans cette optique que MICHITE s’est donné pour objectif d’investir dans cette filière en produisant un certain type de palmier à huile qui a un fort rendement potentiel.
Notre but est d’accroître la production du palmier à huile à travers la multiplication de nos sites d’exploitation et créer une source de revenus durable et stable par l’auto emploi.
La culture du palmier se fait selon une technique proprement élaborée et la distribution des produits se fait en passant par des grossistes. Avec nous, vous avez des palmiers à huile très rentables et les produits finis à la hauteur de votre investissement. Nous faisons un suivi régulier des plants jusqu’à la culture et la transformation afin d’optimiser le rendement en passant par la multiplication des exploitations.